Choisir sa ville en fonction qualité & coût de la vie

Choisir sa ville en fonction qualité & coût de la vie

octobre 9, 2018 0 Par La rédaction

De nombreux expatriés ne peuvent choisir ni le pays, ni la ville dans laquelle ils vivent.  Néanmoins, dans un monde  où bouger devient une nécessité et dans lequel les jeunes font de plus en plus de stages, il n’est pas inintéressant d’avoir des éléments pour arbitrer – quand on le peut – entre  les deux grandes variables :  la qualité et le coût de la vie.

 

Chaque année de puis 20 ans le cabinet de Ressources humaines Mercer publie deux études sur ce sujet

 

Qualité de la vie

En 2018  en dépit de la perspective du Brexit, la plupart des villes européennes demeurent parmi les mieux classées. Celles des marchés dits émergents  les rejoignent grâce à  » plusieurs décennies d’investissements dans les infrastructures ou les équipements dédiés aux loisirs et au logement ». Ces efforts leur ont  permis « d’attirer sur leurs territoires de nouvelles sociétés ». La salubrité devient un  critère de plus en plus important pour les expatriés.


Classement  2018 , Mercer

 

Pour la 9ème année consécutive Vienne est 1ère.  En Amérique du Nord, les métropoles canadiennes décrochent la meilleure note en matière de qualité de vie. En Amérique du Sud, Montevideo (77ème) se hisse à la première place pour la qualité de vie, devant Buenos Aires (91ème) et Santiago (92ème).  Honolulu, première des villes performantes en termes de salubrité.  Singapour (25ème) demeure la mieux classée en Asie.  La moins bien est Dacca (216àme).  Dans la zone Afrique-Moyen Orient,Dubaï (74ème)  et Abu Dhabi (77ème)   demeurent  les mieux classées.

Paris et Lyon perdent chacune une place pour se retrouver  (38ème et 40ème) , suivies par Londres (41ème). Les capitales nordiques se classent bien : Stockholm (23ème)  et Oslo (25ème). Lisbonne  gagne 6 places(38ème).

 

Hong Kong

 

Coût de la vie

New York sert de ville de référence pour l’élaboration du  classement de Mercer .  Les taux de changes et leurs variations sont en fonction de $ US.   Les enquêtes portent sur 375 villes du monde entier. L’enquête 2018  sur le coût de la vie  « inclut 209 villes issues de cinq continents et compare pour chacune d’elles lecoût de plus de 200 produits et servicesdans des domaines variés (logement, transport, alimentaire, vêtements, articles ménagers, activités culturelles et de loisirs…). »

Hong Kong prend la tête des villes les plus chères au mondepour les salariés en mobilité internationale, détrônant ainsi Luanda, qui retombe à la 6e position alors qu’elle était en tête du classement l’an passé.

 

 

Les villes asiatiques, européennes et africaines dominent le palmarès des destinations les plus onéreuses pour les salariés en mobilité internationale.  Les villes chinoises progressent tandis que les villes australiennes reculent.

 

La reprise économique en Europe fait reculer les villes nord-américaines. New York perd ainsi quatre places pour se 3èmeuver en 13e position mais reste néanmoins la ville la plus onéreuse de la région. San Francisco (28e) et Los Angeles (35e) reculent respectivement de sept et treize places par rapport à l’année dernière, tandis que Chicago (51e) chute de vingt places.  Au Canda, Toronto (109e)  est la ville la plus onéreuse du pays suite à la hausse des loyers. De son côté, Vancouver (109e) cède deux places, tandis que Montréal (147e) et Calgary (154e) en perdent respectivement dix-huit et onze.

Deux villes européennes se classent dans le top 10 des villes les plus chères :  Zurich (3ème) et Bern (10ème).  Genève recule suite à la baisse du marché de l’immobilier.  Les villes françaises suivent la même tendance et font aussi un bond dans le classement : Paris progresse de 28 places et passe de la 62e à la 34e, et Lyon de 32  en passant de la 137e à la 105e.

les villes d’Europe de l’Ouest sont remontées dans le classement. Les villes allemandes ont notamment enregistré certains des bonds les plus remarquables au classement depuis l’année dernière: Francfort (68e) et Berlin (71e) ont ainsi bondi de quarante-neuf places, Munich (57e), de quarante-et-une.

Au Royaume-Uni, Birmingham (128e) est en progression de dix-neuf places depuis l’an passé, Belfast (152e) en a gagné dix-huit, et Aberdeen (134e) s’en est adjugée douze. Londres a gagné de son côté dix places pour se hisser au 19e rang.

 

 

Quel arbitrage faire?

 

Beaucoup de villes européennes, d’Australie et de Nouvelle Zélande  ainsi que certaines villes d’Amérique du Nord offrent  encore la meilleure qualité de vie à un coût raisonnable. Le Canada est  comme toujours  très bien  placé à ce sujet.  Vienne, Munich, Berlin confirment leur excellence.  Mais les villes allemandes  autrefois bon marché deviennent de plus en plus chères.

S’expatrier en Asie et en Afrique est très onéreux et la qualité de la vie n’est pas toujours au rendez vous.
Dans ces conditions, le nouveau statut de « détaché »  pour le personnel enseignant  serait très dommageable à leur recrutement s’il devait signifier une baisse de la rémunération.  Qui voudrait alors aller dans certaines villes, très chères avec violence et faible qualité de vie?

 

Enfin, Paris et les grandes villes françaises sont de plus en plus chères.  Paris passe en un an de la 62ème place à la 34ème place.  Cela ne risque  t -il pas d’être un frein à  la mobilité dans le sens du retour?

 

 

La Rédaction,

Le 29/09/2018

Publicités