Brexit: les Communes essaient de reprendre la main

Brexit: les Communes essaient de reprendre la main

janvier 29, 2019 0 Par Redaction

Ce mardi 29 janvier, les député britanniques débattent de plusieurs amendements  pour trouver une solution après le blocage issu du vote massif contre le projet de Theresa May le  15 janvier dernier.

Par ce vote précédé d’un débat  les parlementaires tentent de reprendre la main sur le dossier du Brexit.  Une compétition est engagée avec Downing Street dont le porte parole  précise: «Le Royaume-Uni continue de croire qu’il est absolument dans l’intérêt du Royaume-Uni de partir avec un accord, mais nous devons avoir un accord pouvant bénéficier de l’appui du Parlement et cela nécessitera quelques modifications à l’accord de retrait».

Après le rejet de son accord,Theresa May n’a pas été capable de présenter un projet alternatif de retrait.  Par ces amendements, les parlementaires  réclament  donc une renégociation du traité de retrait.  Leur intention est   au minimum d’empêcher un Brexit sans accord  voire pour certains d’obtenir l’organisation d’un second référendum.

 

Caroline Spelman

La  Tory Caroline Spelman soutenue par plus de 120 élus  a déposé un amendement contre le Brexit sans accord. . C’est ce que défend aussi le leader travailliste Jeremy Corbyn,  en demandant un vote à la Chambre des communes pour choisir entre deux options: soit un accord révisé mais avec toujours l’ une union douanière avec l’UE , soit l’organisation d’un second référendum.

Dans les faits les députés de tous bords sont d’accord pour que le Communes  affirment  leur pouvoir en reprenant le contrôle de l’agenda parlementaire.  C’est ce que défend le député conservateur Dominic Grieve en proposant

Dominic Grieve

d’accorder six jours aux députés, en février et mars, pour débattre et voter sur différentes options.

Hilary Benn, président de la commission chargée du Brexit, propose lui de connaitre la volonté des députés en organisant une série de votes.   Suite à ces votes  un second vote sur le traité de retrait serait organisé.  S’il était  à nouveau rejeté, un vote clair aurait lieu sur les 3 scenarios possibles:  sortie sans accord, accord renégocié, ou un nouveau référendum.

Hilary Benn

Bref, une compétition entre  le législatif et l exécutif se dessine.  Mais pendant ce temps les jours passent et rien n’est réglé du côté de Londres.   Nos compatriotes du Royaume Uni sont toujours dans l’incertitude.

La Rédaction,

 

Publicités