Baisse des effectifs dans les ambassades et consulats

Baisse des effectifs dans les ambassades et consulats

décembre 5, 2018 0 Par Redaction

Avec une baisse de baisse de 4,9 %, l’action extérieure de l’Etat ne dispose plus que de 2,72 milliards d’euros en 2019. La baisse est de 140 millions d’euros, selon le rapporteur spécial Vincent Ledoux (UDI-Agir).
Cette baisse de crédits se situe dans un plan à long terme de réduction de la dépense publique. Comme cela a été indiqué au printemps dernier, le Quai d’Orsay doit réduire de 10 % sa masse salariale d’ici à la fin du quinquennat, par une réforme « en profondeur » de ses réseaux à l’étranger. Dès 2019 le MAE va donc perdre 166 emplois nets

Deux députés des Français de l’étranger sont intervenus à ce sujet. Meyer Habib (UDI-Agir) a dénoncé une « inquiétante paupérisation » de notre réseau diplomatique. M’Jid El Guerrab (Libertés et Territoires) s’est inquiété du manque « d’ambition ». Le ministre Jean-Yves Le Drian a assuré que les dotations restaient à leur niveau antérieur. Il a expliqué la diminution globale des crédits « par une réduction des coûts des contributions internationales des opérations de maintien de la paix ».

Une exception est à noter et elle est de taille : l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger faisant exception. Il faut noter qu’en 2017, le gouvernement avait déjà annulé 33 millions d’euros de crédits qui étaient destinés à l’AEFE, ce qui avait suscité une forte mobilisation des enseignants des lycées français à l’étranger. Une poursuite de la baisse serait incompatible avec l’objectif fixé par le Président de la République : le doublement des effectifs su réseau pour 2025.

Mais la mission d’aide au développement n’est pas touchée. Elle bénéficie même de +0,4 % d’un budget porté à 2,68 milliards d’euros. Il y a même un triplement de l’aide publique au développement de la France, par des redéploiements (1 milliard d’euros supplémentaires prévus, une action inscrite dans une autre mission).

Par-delà la baisse des effectifs dans nos 163 ambassades, les économies et redéploiements ne devraient pas affecter dans l’immédiat le bon fonctionnement de notre diplomatie. Néanmoins cette politique aura des implications immédiates pour les Français de l’étranger, comme la fin des services de notariat ou, le projet de suppression de la journée de citoyenneté. Le coût de fonctionnement de l’Assemblée des Français de l’étranger pourrait être aussi mis à l’actualité.

 

La Rédaction,

Publicités