Acte 9 des Gilets Jaunes : Nombreux appels à manifester

Acte 9 des Gilets Jaunes : Nombreux appels à manifester

janvier 11, 2019 0 Par Fabien Ferasson

Plusieurs appels à manifester ont été lancés sur Facebook en vue de rassemblement à Paris et en région.

Battre le fer tant qu’il est encore tiède. Même si la mobilisation des gilets jaunes s’est atténuée de semaine en semaine, le mouvement se prépare à un acte 8 samedi 5 janvier. L’interpellation musclée d’Éric Drouet mercredi lors d’une “manifestation non déclarée”, place de la Concorde, suivie de sa sortie tonitruante de garde à vue, peut d’ailleurs faire office de nouvelle impulsion.

En finir avec “les Bisounours”

Pour samedi, plusieurs appels ont été lancés sur Facebook, parfois contradictoires. Ainsi, les “gilets jaunes citoyens” appellent à se réunir au Trocadéro et place de la République, à Paris, en annonçant que d’autres lieux de rencontre seront révélés au dernier moment.

Autre figure des gilets jaunes, Priscillia Ludosky a convoqué ses soutiens à 14 heures place de l’Hôtel de Villeà Paris. Après une allocution “en réponse” aux voeux prononcés par Emmanuel Macron lundi, le cortège se rendra (à en croire la page Facebook du groupe) sur l’Île de la Cité, à Saint-Michel, devant le musée d’Orsay, pour enfin atterrir devant l’Assemblée nationale. Une manifestation de femmes gilets jaunes est également prévu à 11 heures.

Du côté des “gilets jaunes en colère”, le groupe d’Éric Drouet, on appelle plutôt à se rassembler place de la Bourse. Le groupe du chauffeur routier interpellé mercredi appelle à en finir avec “les Bisounours” et “le pacifisme” dont aurait fait preuve le mouvement jusqu’à maintenant. Sa page “la France énervée”, annonce la couleur.

Un “acte 9” a par ailleurs déjà été lancé, avec le quartier de la Défense comme point de chute affiché. Des rendez-vous à prendre avec précaution, étant donné ce qu’il s’était produit lors de l’acte 6 au château de Versailles (Montmartre fut finalement le lieu de rendez-vous surprise le 22 décembre).

Une lettre virulente adressée à Macron

Une lettre ouverte a été diffusée via un énième groupe Facebook, “La France en colère” (également géré par Éric Drouet), à l’intention du président de la République. Elle doit être lue samedi devant l’Hôtel de ville à Paris lors de l’acte 8 du mouvement.

Elle accuse le chef de l’État d’attaquer “sauvagement le peuple mais aussi les journalistes” via les forces de l’ordre.

“Il est peut-être temps pour les citoyens de France qui ont adopté ce gilet jaune comme signe de protestation de le retirer et de se présenter dans les rues (…) comme les simples citoyens qu’ils sont, sans gilets jaunes, sans armes face aux grenades et aux matraques”, y est-il écrit.

Et Bourges émerge des appels comme ville – centre de la France

Est-ce une diversion censée berner les forces de l’ordre ou un réel changement de pied ? Ce week-end, pour l’acte 9 de leur mobilisation, des leaders du mouvement, tels que Priscillia Ludosky et Maxime Nicolle, ont appelé les “gilets jaunes” à converger vers la ville de Bourges. Un événement intitulé “Rassemblement des ‘gilets jaunes’ au centre de la France” a ainsi été créé sur Facebook et comptait, en début d’après-midi plus de 2.500 participants et 12.000 personnes intéressées.

Le rendez-vous a été donné samedi en début d’après-midi. Une marche a même été prévue. Impossible de savoir à l’avance si des milliers de “gilets jaunes” défileront dans les rues de la préfecture du Cher. On sait simplement que d’autres appels à manifester à Paris ont été lancés.

Sur sa page Facebook, Priscillia Ludosky, l’une des porte-parole du mouvement indique que “la préfecture de Bourges est avisée de la manifestation”. Celle-ci dément. Sur Twitter, la préfecture du Cher a dit constater “l’organisation d’une manifestation non déclarée donc non autorisée et illégale” et prévient : “Ce rassemblement constitue un attroupement dangereux, présente des risques pour la sécurité des participants et organisateurs.”

En attendant, la ville de Bourges se prépare avec une certaine anxiété. Les commerçants ont été priés de fermer boutique. A la mairie, des dispositions ont été prises pour limiter la casse ou ne pas la faciliter. Les horodateurs ont ainsi été retirés de l’hypercentre ville, raconte “Le Berry Républicain”. De la même manière, les chantiers vont être sécurisés.

A la préfecture, on ne communique pas sur le dispositif policier qui sera déployé samedi. Mais des renforts ont bien été demandés à l’Etat.

La rédaction

Publicités