Accord historique entre la Chine et le Vatican

Accord historique entre la Chine et le Vatican

octobre 9, 2018 0 Par La rédaction

Le Pape François                                                               Xi Jinping
Néanmoins samedi  22 septembre un accord historique a été signé entre la Chine et le Saint Siège.  L’accord porte sur un point très délicat pour Pékin : les nominations épiscopales dans une Eglise chinoise qui compte 12 millions de fidèles. Jusqu’à présent, il y a des évêques nommés par Pékin et des évêques nommés par le Vatican. Et tous ces évêques ne sont pas reconnus par les deux parties.  Dans les faits il y a deux Eglises en Chine : une Eglise officielle admise voire soutenue par le régime communiste et une église de la clandestinité souvent persécutée.   Bref, une situation  qui peut rappeler celle du clergé en France  sous la Révolution Française.

L’accord de samedi va donc résoudre une question toujours délicate entre un Etat fort et unitaire et une Eglise universelle qui peut  être considérée comme un agent étranger. Pour y parvenir il aura fallu  établir un climat de confiance entre les deux parties.  Cet accord est le résultat  de longues tractations diplomatiques entre Pékin et le Vatican, comme en témoignent les nombreuses rencontres bilatérales de ces derniers mois.

Dans les faits  les évêques devraient désormais être désignés par la communauté catholique chinoise, puis validés ensuite par l’Église reconnue par Pékin. Une liste serait ensuite transmise au pape pour qu’il accepte ou non la nomination de ces évêques. L’accord entre le Vatican et la Chine  fait penser à la mainmise que le roi de France avait sur la nomination  des évêques  grâce au Concordat de Bologne  de 1516 et qui a régi les relations entre l’Église catholique romaine et le roi de France jusqu’en 1790.  Ce concordat donnait au roi de France un pouvoir sur l’Église dans son royaume dont ne disposait aucun autre souverain catholique.

La diplomatie vaticane est réputée pour être une des meilleures au monde.  Nul doute qu’avec l’élection d’un pape issu de la Compagnie de Jésus, elle ait replacé la question chinoise au centre de son action.   Avec le Pape François  le principe jésuite de l’ accommodation  retrouve toute sa force  et a permis ce premier pas grâce à une adaptation pertinente.

Il est certain que cet accord facilitera la pratique religieuse des  Français  de Chine qui sont catholiques.

Lire notre article du 26/08/2018  Le Français de l’étranger qui découvrit le kiwi

La Rédaction,

Le  25/09/2018

Publicités