A lire : les sujets qui feront l’élection européenne de 2019

A lire : les sujets qui feront l’élection européenne de 2019

décembre 23, 2018 0 Par Fabien Ferasson

Environnement, débats politiques de fond sur l’immigration ou la refonte de l’Europe, Brexit et macroéconomie : le best-of d’Euractiv vous annonce aussi les sujets saillants qui feront l’élection européenne de mai 2019. Bonne lecture !

C’est les vacances, vous avez du temps ? Ca tombe bien, la rédaction Euractiv vous a préparé une petite liste de lectures. Une sélection des articles les plus lus avant tout, au milieu desquels se sont glissé quelques sujets que la rédaction a bien aimé faire.

Environnement

On retrouve des grandes tendances, qui ont rythmé l’actualité européenne cette année, mais les questions environnementales sont certainement celles qui ont le plus mobilisé les lecteurs d’Euractiv en 2018.

L’article le plus lu, écrit par notre journaliste britannique Sam Morgan, concerne le record des énergies renouvelables au Portugal . Il est talonné par un scoop de Frédéric  Simon expliquant comment le Medef européen prépare le sabotage des objectifs climatiques européens, et un autre sur le choix controversé de l’huile de palme en France, malgré l’interdiction du Parlement européen.

Les sujets concernant le climat ont en général retenu l’attention, comme ce réquisitoire contre le lait et la viande qui seront les plus grands pollueurs d’ici 2050, ou le décompte des pays ayant relevé leur ambition dans le cadre de l’accord de Paris : ils sont seulement…2, il s’agit des îles Fidji et Marshall, menacées dans leur existence-même.

Le décryptage de la démission du ministre de l’environnement, Nicolas Hulot, a aussi passionné. Et pour finir la touche environnement sur une note optimiste,  on notera que la première hydrolienne européenne allège sérieusement le bilan carbone de l’île d’Ouessant.

Migrations et géopolitique

Euractiv a aussi suivi avec attention les grands enjeux politiques plus globaux, comme celui des migrations qui a alimenté le débat de tous les conseils européens de 2018. L’accueil des migrants par les citoyens en Belgique, une initiative de taille qui permet à des réfugiés de trouver un toit temporaire montre un aspect de l’Europe moins présent dans les médias que son pendant, la réaction xénophobe face aux réfugiés.

Le clash entre l’Ouest et l’Est de l’Europe sur ce sujet a alimenté la chronique toute l’année, jusqu’à culminer en fin d’année autour de la signature du Pacte mondial sur l’immigration . Entre temps, l’Autriche à la tête de la présidence tournante du Conseil de l’UE avait envisagé de supprimer le droit d’asile du sol européen, tandis que la France adoptait une réforme du droit d’asile en désaccord avec le droit européen.

Côté géopolitique, ce sont les dessous de la réélection de Poutine, maitre incontesté en son royaume, qui ont fasciné les lecteurs

Réforme de l’Union européenne

Mais en cette année pré-électorale, les enjeux de pure politique politicienne européenne ont aussi tenu le haut du pavé. L’ambition d’En Marche a suscité des frictions entre Paris et Berlin , ce qui n’est jamais bon pour l’UE. L’élan pro européen  de la France s’est aussi traduit par des initiatives remarquées, comme celle de ne pas vouloir financer une Europe populiste : la proposition française de limiter l’accès aux fonds de cohésion au respect de l’état de droit, qui ciblait clairement la Hongrie et la Pologne, a remporté un franc succès. L’idée est toutefois restée en carafe, en l’absence d’unanimité sur le sujet. Autre projet très macroniste, l’initiative d’intervention miliaire portée par la France, qui a réuni une dizaine de pays en tout, retient l’intérêt alors que la structure de l’OTAN est remise en question par l’instabilité du chef d’Etat américain.

Enfin on encouragera jamais assez les Européens d’aller directement à la source de l’information plutôt que d’ingurgiter des textes prédigérés : ce qu’ils en fait en visionnant vidéo du discours sur l’état de l’Union de Jean-Claude Juncker .

Croissance et inégalités

En matière économique, l’enjeu du Brexit a souvent fait la Une, les citoyens européens s’inquiétant des conséquences économiques de part et d’autre de la Manche. Mais ce que les Français aiment par dessus tout, c’est avoir raison, et encore plus quand Londres reconnait que le coût du Brexit sera supérieur à l’UE. 

Quand les affaires se corsent, c’est aussi plus croustillant, comme le montre l’ultimatum de la France à l’Allemagne sur la zone euro. Ou encore le roman noir de la zone euro, incarné par le scandale de blanchiment en Lettonie, où le président de la banque centrale est accusé d’avoir racketté les banques.

Sans oublier l’ambiance insurrectionnelle à la française, avec les Gilets jaunes qui peinent à dépasser la mobilisation des réseaux sociaux, malgré des vélléités de se lancer dans la campagne pour les élections européennes pour certains.

La rédaction d’Euractiv

Un article publié sur le site de notre partenaire

 

Publicités