octobre 9, 2018 0 Par La rédaction

Manuel Valls annonçant sa candidature à la Mairie de Barcelone

 

La Valls-hésitation a pris fin mardi à 19h15.  A la question d’un journaliste  Manuel Valls a répondu  « Oui, je veux être le prochain maire de Barcelone ». Il a par la suite informé qu’il allait démissionner de son mandat de député de l’Essonne.

Comme beaucoup de Français, Manuel Valls tente l’aventure de l’étranger. Lui qui a du mal à se trouver une place dans la majorité présidentielle franchit la frontière pour mener deux combats : conquérir la 2e ville d’Espagne et se battre pour l’unité du pays.  Bref Manuel Valls n’arrête pas la politique.

Son destin est celui de nombreux binationaux. A 56 ans il  retrouve le pays et la ville  où il est né.   L’ancien Premier ministre pense pouvoir être élu, mais quel est le ressenti des Barcelonais ?

 

Nous avons rencontré Ernault, un Franco-Espagnol de Barcelone, cadre dans une entreprise

Comment accueillez-vous la candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone?
Dans un premier temps la candidature De Manuel Valls a fait sourire. Puis elle a été accueillie positivement et sérieusement de par son expérience de premier plan en France.
Sa candidature est un bouleversement politique. Elle apparaît comme innovante et à l’heure de l’Union Européenne cela semble être une étape de plus dans la construction d’une Europe Fédérale.

Selon vous, a t-il une chance de gagner?
Bien que sa candidature soit respectée, unanimement le ressenti est qu’il ne peut pas gagner.
En supposant qu’il obtienne le soutien de Ciudadanos, premier parti voté en Catalogne, il manquerait cruellement de réservoirs de votes. Le parti des socialistes de Catalogne ne voit pas sa candidature d’un bon œil. Et les partis indépendantistes sont dans une ligne politique opposée à celle de Manuel Valls qui est unioniste.
Et pour finir, le réseau personnel de Manuel Valls à Barcelone semble inexistant.

L’ancien premier Ministre ne souhaite pas l’indépendance de la Catalogne. Représente t-il un espoir pour l’unité Nationale?
Nous avons beaucoup de doutes sur la capacité de Manuel Valls à freiner l’élan pour l’indépendance de la Catalogne. La polarisation des catalans est déjà structurellement très marquée depuis 5 ans avec un tiers d’indépendantistes, un tiers de unionistes et un tiers d’indécis.
En revanche sa volonté clairement affichée à conserver l’unité du pays est plus forte que celle de l’actuelle maire de Barcelone, Ada Colau. C’est un petit espoir pour l’unité de l’Espagne

 

Rien n’est joué pour Manuel Valls.
Il doit maintenant convaincre !

 

Yohann Castro, Président de la Maison de l’amitié Franco-Espagnole

 

Lire nos articles du 19/09/2018 Franchir la frontière plutôt que traverser la rue?

&  du 23/09/2018   La Valls-hésitation tourne à la Valls-musette

 

Le 26/09/2018

Publicités